Arboladura de un clásico. Partes de la vela en una embarcación a vela y así poder trimarla
Parties d'une voile sur un voilier
Valora este artículo para mejorar la calidad de la web.

Avec l’explication suivante, qui tournera aussi clairement que possible sur les parties d’une voile sur un voilier, je vais essayer de comprendre chacune des parties qui la composent pour pouvoir la modifier à notre guise. Nous pouvons donc en savoir un peu plus sur les limites des bougies et leur donner suffisamment de canne, mais nous apprendrons également à nous en occuper de la meilleure façon possible pour qu’elles durent plus longtemps.

Nous apprendrons le vocabulaire nautique de manière transversale, ce qui nous aidera à assimiler les termes sans avoir à les étudier ou à les mémoriser. C’est comme je pense que nous devrions apprendre à naviguer.Sans avoir à étudier et à essayer de comprendre à quoi sert chaque chose telle qu’elle apparaît naturellement.

La nomenclature de base que nous allons voir sera liée au sujet que nous traitons et si je constate que nous dévions trop, je vais essayer de laisser les aspects qui doivent être développés pour une autre entrée ultérieure. Ainsi, nous ne ferons aucune accumulation à la dure des concepts nautiques qui ne feraient que nous donner le vertige.

En premier lieu, nous allons voir quelque chose d’un peu théorique sur la définition de la voile dans un voilier et ensuite nous irons dans un chiffon avec ce qui est à nous.

Qu’est ce qu’une bougie?

Le concept de naviguer sur un bateau pourrait être le suivant: une voile sur un voilier est un outil avec lequel on peut maîtriser un élément. D’un côté, c’est un outil parce que nous l’avons créé pour l’utiliser pour d’autres choses, en laissant de côté les mains et de l’autre, il sert à dominer un type d’énergie comme le vent pour traverser l’eau de mer.

Une définition de voile plus classique pourrait ressembler au tissu suspendu aux mâts de forme carrée ou triangulaire qui collectent ou utilisent le vent pour créer un effet d’absorption et étirer tout le bateau où le gouvernail le dirige.

Comme nous pouvons le voir, il s’agit d’un système complexe dans lequel, lorsque nous essayons d’expliquer quelque chose d’aussi simple qu’un morceau de tissu, nous ne nous voyons pas obligés de faire le tour des branches pour parler de dépressions, de mâts, de gouvernails, etc.

La bonne chose à propos de donner de petites ou plusieurs explications et de nombreux exemples, comme je l’apprécie moi-même, est que vous n’avez pas besoin d’apprendre avec des définitions, sinon avec des concepts.

Ce qui compte pour moi, c’est que le moteur d’un voilier est les voiles. Ok, ils ont un moteur à propulsion mécanique avec du carburant diesel … mais ce qui est important à savoir, c’est que la voile est la chose la plus importante qui ne devrait pas tomber en pleine mer. Les moteurs peuvent toujours échouer. Mais les voiles sont la vraie bouée de sauvetage qui nous mènera de port en port en toute sécurité.

À quoi servent les voiles des bateaux?

Les voiles des bateaux nous aident à diriger le bateau là où nous le souhaitons, c’est-à-dire qu’en fonction de la position dans laquelle nous les mettons, nous aiderons le gouvernail à changer de cap. Ils sont également le moteur du voilier car ils vont commencer et se déplacer dans la mer.

Quelles sont les parties d’une voile sur un bateau?

Pièces rigides

Les bougies ont trois parties dures appelées poings. Ils sont dans chaque coin et ils servent à ce que certaines extrémités leur soient attachées et elles les étirent.

Conseil: lorsque vous naviguez ou parlez de nautique, ne parlez pas de cordes mais de cordes.

Les trous traversés par les extrémités s’appellent les ollaos. Ce sont de grandes perforations de presque deux centimètres composées de métal antioxydant. La mer est très corrosive et peut attaquer, manger, oxyder et éliminer de la surface de la terre tout métal qui s’oxyde en quelques mois. Si cela se produisait sur notre voilier, nous serions sans lui. Par conséquent, n’achetez jamais rien qui ne soit inoxydable (inox). Vous le saurez car il aura le mot inox incrusté dans le métal.

Quel est le poing de drisse

Le poing de drisse se trouve dans la partie supérieure de la voile, celle qui est la plus haute et la plus éloignée de nous. Il sert à résister à l’une des plus hautes tensions de la voile. C’est pourquoi vous le verrez toujours très bien tissé, avec plusieurs couches, avec beaucoup de coutures épaisses et dans différentes positions ou directions. Surtout longitudinale et parallèle à l’effort. Cela va contenir de nombreux mouvements liés aux vibrations qui se produisent dans un bateau. Pensons que tout est en mouvement constant: vent, vagues et gens qui marchent et courent dessus.

Saviez-vous que les vibrations s’arrêtent? Chaque fois que vous naviguez, essayez de bouger le moins possible. Surtout dans la voile légère. Les secousses sont transmises aux bougies et aux tourbillons producteurs d’eau. Le vent et l’eau tourbillonnants.

Quel est le poing de l’aura

Le virement de bord est celui de la partie avant de la voile. Dans la partie la plus en avant (avant). Mais d’abord, vous devez savoir ce qu’est un bateau sur un bateau.

La proue d’un navire est la position qu’il prend par rapport au vent. Cette phrase dit comme ça, qui est la bonne, sonne un peu extraterrestre, alors voyons une autre définition. Ce que j’aime beaucoup à expliquer avec beaucoup d’exemples pour que vous n’ayez pas à réfléchir ou à mémoriser.
Le virement de bord est le cap que nous prenons. C’est le nom que nous avons mis au cours. Par exemple, si quelqu’un nous demande ce que nous portons, nous devrons choisir une réponse possible de cinq.

  • Question: quelle amura portons-nous?
  • Réponse n ° 1: Notre arc est serré.
  • Réponse n ° 2: Notre arc est démembré.
  • Réponse n ° 3: Notre arc est à travers.
  • Réponse n ° 4: Notre arc est long.
  • Réponse nº 5: Notre arc est empopada.

Sachant cela, le virement de bord est celui qui rejoindra la voile avec le voilier. Vous pouvez le faire dans différentes positions du navire car, pensez-vous bien, il y a autant de bateaux que de voiliers. Il existe des mâts classiques avec des dizaines de bougies. Et chacun aura plusieurs poings. Dans certains cas, trois et quatre autres puisque certaines bougies sont triangulaires et d’autres carrées.

Ensuite, le virement de bord peut également présenter beaucoup de tension, mais sans autant de mouvements que le poing de drisse car il sera un peu plus ferme lorsque vous rejoindrez le voilier avec un mousqueton.

Quel est le poing de feuille

Le dernier poing de tous; le troisième dans le cas qui nous concerne, car j’imagine que vous voulez apprendre à naviguer avec un voilier à un seul mât; C’est la feuille

C’est celui qui donne le plus de jeu car il représente le plus important. Avec cela, nous pouvons jouer avec la tension de la voile et par conséquent avec sa forme. Si nous changeons de forme, nous modifierons le courant du vent. Et si nous modifions le flux aérodynamique, nous changerons l’endroit où la voile s’étend.Par conséquent, nous changerons de cap.

Le poing en feuille sera également extrêmement renforcé et percé par un pot en acier inoxydable. Et sujet à la feuille. En fonction de la position de la voile sur le voilier, le caporal qui gouverne l’appareil portera un autre nom. Par exemple, si nous essayons de découper (déformer ou façonner) la voile appelée jib, le caporal qui gouverne le point d’eau sera une feuille. Mais si nous travaillons sur le majeur, cela sera fait par un caporal appelé pajarín. Et la feuille de l’aîné gouvernera le boom.

L’important maintenant est de savoir que le poing de la feuille est celui qui est le plus loin possible (derrière) ou celui qui est régi par la feuille. Ainsi, nous pouvons établir une relation entre le nom des trois poings et leur fonction:

  • Poing Halyard: il est tendu vers le haut par la ligne appelée drisse.
  • Poignée à bride: la ferrure attachée à la housse le serre en avant.
  • Poing de feuille: il est étiré vers l’arrière ou latéralement par la ligne appelée feuille.

Parties souples

Les parties principales d’une voile que nous devons connaître sont trois: le lof, la sangsue et le pujamen. Ce sont trois parties molles conçues pour être modifiées par nous et ainsi pouvoir augmenter la vitesse dans chaque parcours.

Quel est le lof

Le guindant est la partie de la voile la plus en avant (avant). En tant que zone la plus avancée entre la drisse et le poing, sa tension est très importante. Car ce sera celui qui accueillera le vent quand il atteindra notre voilier. Le vent dont vous aurez besoin est quelque chose de tendu qui le divise en deux et sait bien le gérer.Si le lof nous avons un peu de mou ce qui va arriver, le vent va se déplacer d’un côté à l’autre comme s’il s’agissait d’un drapeau provoquant des turbulences. Et la turbulence ralentit.

C’est une erreur très courante des débutants ou des navigateurs qui n’ont pas fait le saut dans les régates.Parce que la concurrence; comme tous les sports; est ce qui vous fait aller au millimètre pour tout améliorer.

Ensuite, le guindant doit être assez tendu. Ce sera la partie avant de la voile qui regardera le vent complètement devant nous lorsque nous naviguerons dans des directions qui ne supportent pas la charge (en faveur du vent). Dans toutes les directions dans lesquelles nous naviguons avec une certaine tendance à aller vers le vent, le guindant sera emproado (en regardant le vent) à presque zéro degré.

Comme nous venons de le mentionner, le vent devrait être divisé en deux. Car ici se cache l’un des secrets de la voile. Les particules qui devront entrer et sortir en même temps circuleront de chaque côté de la voile.Cette dynamique des fluides est liée à l’aérodynamique. Et ce qui se passe, c’est que les particules qui circulent à travers la partie convexe de la bougie seront forcées d’aller plus vite, ce qui créera une faible pression sous forme d’aspiration.

Quelle est la sangsue

La sangsue est la partie de la voile la plus reculée (à l’arrière) entre les drisses de la drisse et la feuille. C’est de là que viennent le vent ou les particules célèbres dont nous avons parlé. Cette partie est importante car si elle ne supporte aucune tension, elle deviendra un drapeau qui bouge ou qui ondule. Si elle ondule, cela créera des turbulences qui nous ralentiront. Par conséquent, la sangsue ne devrait pas trembler.

Que faire si la sangsue vibre et n’arrête pas de trembler:

  • Si c’est le cas, la bougie est vieille et doit être changée. Au fil du temps, il se défera et les fils s’arrêtent.
  • Le caporal à l’intérieur n’est pas tendu. Sur les grandes voiles, il y a un petit siège en forme d’âme qui tend la sangsue à volonté. Vous devez simplement le présenter sans le serrer à mort ou le laisser à 100%.
  • Le poing en feuille a besoin de plus de tension.

Bien que cela dépende du virement de bord, la feuille ou le wagon doit agir pour donner une légère tension à la sangsue afin qu’elle cesse de vibrer. C’est une très bonne référence pour savoir comment laisser le vent au vent.

Rappelez-vous: si la sangsue vibre, créez des turbulences qui brisent l’aérodynamisme et font vibrer tout le voilier. Ensemble, le bateau ralentit.

Si cette partie a peu de tension, elle se courbe. Si la courbe est en hausse, cela signifie que la bougie est ouverte. Si la courbe est au milieu, cela signifie que la sangsue est trop lâche et que nous devons traquer la feuille. Si nous avons la courbe ci-dessous, cela signifie que la feuille est lâche, directement.

Bien que je développerai cette section dans la garniture des voiles, je réchaufferai vos neurones maritimes petit à petit pour vous tenir au courant. En résumé, les conséquences de l’ouverture ou de la fermeture de la sangsue en haut sont les suivantes:

Voile avec la sangsue ouverte

Comme il est dit dans l’argot nautique, la voile va décharger. C’est-à-dire que nous avons intentionnellement laissé passer une opportunité. Une occasion d’attraper plus de vent qui ne nous intéresse pas car nous en avons déjà trop. Ensuite, les balumas très courbées, lâches ou ouvertes au sommet sont dues au vent et au bateau trop long. En d’autres termes, nous allons au cul.

Voile avec sangsue fermée

La bougie ne se déchargera pas. De plus, il sera tellement tendu qu’il créera un tourbillon sur sa face antérieure ou concave qui nous fera perdre de la vitesse.

Quel est le pujamen

Le pujamen est la zone de la voile entre les poings et la feuille. C’est la partie inférieure de la bougie. Ou celui qui frotte avec la couverture dans le type de bougies que nous pensons. Normalement, c’est le grand oublié et ne devrait pas être parce qu’il a son tour. Avec cela, nous pouvons jouer avec la puissance de la voile. C’est-à-dire que cela nous aidera quand nous avons besoin d’un coup de pouce.
Si nous nous trouvons en train de quitter notre mouillage (parking du quai) ou en descendant par le poltone (rampe d’accès à la mer) et qu’il n’y a pas de vent; il n’y a que du vent à l’extérieur des barrages et où nous sommes partis est trop désavantageux ou désavantageux; nous pouvons libérer les pujamen. Cela retiendra le peu d’air ou de vent apparent (créé par nous) lorsque vous vous déplacerez après avoir quitté le sol et nous pourrons naviguer. C’est-à-dire que nous allons donner à la voile tellement de courbure que les particules prendront beaucoup de temps pour entrer, traverser la voile et partir. Et cela nous aidera à avancer et à nous lancer dans les eaux ouvertes.

Comment couper les pujamen

Amener les pujamen du voilier en vrac ou avec puissance nous aidera également à passer les grosses vagues. Si un jour on se retrouve à naviguer avec de grosses vagues difficiles à franchir, on peut enlever un peu de tension de l’éclair et les pujamen vont se gonfler. Cela fera mieux remonter les vagues car dans la partie inférieure des vagues il y a moins de vent que dans la partie supérieure. Parce que nous pensons que plus le vent est fort. À 30 cm de la surface de la mer, il y a moins de vent qu’à 15 mètres. Ok, ce n’est pas toujours le cas, mais c’est une très bonne théorie et une méthodologie générale pour prendre en compte et exécuter les journées d’entraînement ou de régate avec de très hautes vagues.

Quels sont les sabres?

Les sabres sont de petites plaques rectangulaires de divers matériaux tels que du plastique. Ils ont une forme particulière car ils sont très longs, environ un mètre. Bien qu’ils varient en fonction de la taille de la bougie. Et rappelez-vous que chaque bateau porte sa taille de bougies. Presque presque sur mesure. Il y a donc énormément de sabres dans le monde.

Par exemple, on peut penser que les dériveurs font environ 50 cm et que ceux d’un transect de 20 pieds mesurent un mètre. Nous avons donc une référence, ce que nous voulons. Allez apprendre pas à pas.

Quelle relation ont les épées avec la sangsue

Vous souvenez-vous que nous avons dit que la sangsue ne devrait pas vibrer? C’est là que je souligne l’importance des sabres. Parce que la sangsue est très grande; et dans certains cas, ce n’est pas une ligne droite de poing à poing, mais c’est une ligne courbe comme cela se produit dans les yachts de la coupe de voile de certaines éditions; Il est très facile de battre au minimum. Et ceci est interdit à cause de problèmes aérodynamiques. Ensuite, ces baras d’environ 2 cm de large par 1,5 m de long iront horizontalement à l’intérieur de la voile, ou cousus sur le côté avec une couverture latérale sur la voile elle-même, de sorte que la balluma rit (trembler).

Donc, si nous ne voulons pas voir la sangsue rire, nous devrions mettre des sabres et lui donner un peu de tension sans trop l’ouvrir.

Qu’est-ce qu’une boucle?

Arrêter et faire des boucles lorsque nous naviguons à la voile signifie que nous avons des problèmes.
Une boucle est un raccourcissement de la surface guerrière. C’est un pliage manuel ou automatique si j’ai un enrouleur à l’intérieur de la flèche pour faire une petite voile. C’est comme couper avec des ciseaux.
C’est-à-dire que les voiles ont plusieurs lignes de trous réparties horizontalement dans chaque voile afin que nous puissions y passer une corde et les attacher au pujamen. Dans le cas des majors (grand-voile), ils seront liés au boom. Si nous avons une bobine à l’intérieur de la flèche, nous appuyons sur un bouton jusqu’à ce que la bougie soit si petite; ou une petite pièce; et le bateau s’arrête et nous serons à nouveau à l’aise et rapides.

Quand faire une boucle

C’est un moyen de fabriquer de petites voiles ou de réduire les voiles car il y a tellement de vent que nous ne pouvons pas naviguer de manière fiable. Si les voiliers s’entassent (ils plient ou frappent), ils perdent toute leur vitesse et, de plus, la navigation devient inconfortable parce que nous ne devons pas participer à une régate. Nous pouvons naviguer avec beaucoup de vent lors d’une journée de marche ou de formation. Nous pourrions même être surpris par une tempête lors d’une journée de pique-nique en été.

La corde qui tient la voile attachée peut être n’importe quelle corde, bien que normalement une corde finie et élastique soit utilisée. Parce qu’il saisit de plus en plus la surface rugueuse de la voile que nous n’avons pas dû plier dans une situation délicate où tout peut bouger de manière inconfortable.

Comment faire une boucle

Les boucles dans les bougies sont faites parce que nous sommes partis (avec peu de contrôle).

Voyons comment on peut en faire un si on pense à la grand-voile d’une croisière en cours.

Tout d’abord, allons de l’avant. Si nous voulons moins énumérer, nous devrons abaisser un peu les voiles jusqu’à ce que la ligne des petits œillets horizontaux soit proche de la flèche (barre horizontale perpendiculaire au mât). Ensuite, une personne ira à la proue du plus grand et une autre à la poupe essayant de ne pas tomber parce que cela représente un vent fort et, par conséquent, beaucoup de vagues. C’est-à-dire que l’un sera dans le poing de l’aura et l’autre dans le poing de la feuille.

Petit à petit, un tiers abaissera lentement le plus grand jusqu’à ce que les deux personnes puissent passer une boucle élastique à travers les ollaos. Ils le feront de l’avant à l’arrière de la voile déjà pliée d’un côté à l’autre sur le boom. Lorsque tout est à égalité et que tout est à égalité, le barreur peut établir un cap et continuer la marche.